Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Loi Macron, et après...

10 Décembre 2014 , Rédigé par c laurans

France, ta dignité fout le camp. Un ministre de l'économie, inspecteur des finances qui a fait fortune chez Rothschild, récemment nommé pendant les vacances d’été – évocation non dénuée d’utilité –et un premier ministre mobilisés pour présenter une loi, une de plus, pour donner du pouvoir d’achat aux Français puisque tel est l’argument présenté par les promoteurs de l’opération de communication, car ce n’est que cela. Que cela ?

Un peu d’histoire !

1- C’est M.Montebourg, le chantre du « tout français » qui a lancé l’idée, après avoir pris connaissance d’un rapport confidentiel de l’Inspection générale des finances (IGF), le corps d’élite des hauts fonctionnaires, remis en mars 2013 à son prédécesseur, Pierre Moscovici, que l’ objectif est de redresser l’économie française et de restituer 6 milliards, pas moins, d’euros aux ménages français ! Cela devrait créer 120 000 emplois en cinq ans (j’observe avec commisération, la compétition que se livrent élus, patronat, syndicats sur les emplois susceptibles d’être créés par une loi qui va être discutée par les deux assemblées, et on sait que le résultat sera tout à fait différent du projet, et, pour cela il suffit d’écouter les réactions des parlementaires. Comment ces spécialistes peuvent-ils prévoir des créations d’emploi à CINQ ans quand ils sont incapables de prévoir combien d’emplois seront détruits d’ici la fin de l’année, car, depuis des années, la tendance est à la destruction pas à la création !) Quelques mois après, M.Montebourg tire sa révérence…

2- Une profession réglementée, ce sont « les notaires, huissiers, pharmaciens, architectes, mais aussi plombiers ou serruriers : ces professions n’ont a priori rien en commun. Et pourtant, elles sont toutes protégées. Restrictions d’accès, tarifs administrés, privilège de certains actes : leur exercice est subordonné «directement ou indirectement, en vertu de dispositions législatives, réglementaires ou administratives, à la possession de qualifications professionnelles déterminées», selon la législation européenne. En France, il en existe plus d’une centaine, d’après le Centre international d’études pédagogiques, employant plus d’un million de salariés rien que pour les 37 métiers listés par l’IGF. Héritières de l’Ancien Régime, les professions réglementées constituent la forme moderne des corporations, ces corps de métiers apparus au Moyen-âge.»

Il s’agissait donc, avec la révision du Code du Travail, de faire des réformes structurelles pour faire plaisir à la chancelière allemande et à la Commission européenne. Il y a, dans ces 106 articles, des choses intéressantes mais la communication a choisi de ne s’intéresser pratiquement qu’à l’ouverture des magasins le dimanche. Et c’est cela qui fait froid dans le dos, car, lorsqu’on voit le niveau du débat sur ce sujet, on ne peut être qu’effrayé par ce que nous réserve la discussion des 106 articles, sinon à penser que les parlementaires vont vider la loi de tout intérêt, poussés qu’ils seront, par les lobbys qui ne manqueront pas de se mobiliser – ce qu’ils ont déjà fait puisque les avocats ont manifesté aujourd’hui avant de connaître la loi.

Pauvre France qui débat, depuis plusieurs jours, de savoir s’il faut ouvrir les commerces 12, 7 ou 5 dimanches par an, dans l’optique de permettre à quelques touristes étrangers, venus spécialement en Boeing ou Airbus du Qatar ou d’ailleurs – mais le Qatar, c’est sûr !- de pouvoir faire leurs courses, à Paris. Je sais que cette marchandisation de la société est dans l’air du temps, qu’elle répond à une philosophie libérale de la vie qui s’oppose à la protection de la planète, à l’intérêt de la vie familiale, qu’elle prépare à une libéralisation totale des activités humaines, qu’elle s’avance sous le masque de la liberté qui concourt à la servitude, mais je pense que on se trompe d’adversaire, de combat. Plutôt que de compter les dimanches, ILS feraient mieux de créer les conditions minimales pour le plus grand nombre de trouver ou retrouver un emploi car, le débat, on le voit bien, même chez les syndicats - «Si la loi permet des compensations pour les salariés, nous disons banco au travail dominical», a expliqué sur RTL le secrétaire général de la CFDT »- le but est de donner un peu plus à ceux qui en ont déjà, et non, de prendre un peu à ceux qui en ont trop ! CE qui serait la seule façon de retrouver un équilibre, de redonner confiance en la république, de croire en l’avenir. Pendant que l’on se bat comme des chiffonniers sur le nombre de dimanches pendant lesquels les boutiques peuvent rester ouvertes dans les grandes villes, on laisse dépérir les ruraux, se désespérer les chômeurs et le FN engranger des voix.

Dignité disais-je ? C'est-à-dire respect, gravité, importance, grandeur, noblesse, toutes choses qui me semblent manquer le plus à ceux qui nous gouvernent, nous informent, pis, à ceux qui influent sur notre vie, impactent notre avenir. Rendre un peu de dignité à la politique passe, d’abord, par le respect des gens. Je trouve qu’on en manque de plus en plus.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article