Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entre l’important et le dérisoire…

25 Mars 2015 , Rédigé par c laurans

Nous sommes, en France et peut-être ailleurs, dans le désordre mental, d’aucun dirait dans la confusion mentale et l’actualité en regorge d’exemples.

Nous avons perdu toute notion de la hiérarchie, pas pris dans le sens d’autorité mais dans le sens d’échelle et nous mettons tout sur le même plan au risque de ne plus faire de différence entre un incident et une habitude, un accident et une règle, un comportement passager ou des mœurs…

On dénomme « apartheid » - politique en US Afrique par des lois rigides mises en place en 1948 et abolie en 1991 – pour parler avec vigueur de l’ostracisme dont une partie de la population serait/ ou est victime.

On utilise le tweet, nouvelle façon de s’exprimer quand on est « in », pour dire en quelques dizaines de mots, ce qui n’est pas donné à tout le monde tant l’exercice est complexe, ce que l’on est incapable de dire avec des phrases et qui permet d’aligner les imbécilités, les approximations avec l’impression d’être intelligent, pertinent.

On réunit les chefs d’état et ministres de trois pays sur le site d’un crash d’avion – dramatique en soi – comme s’il s’agissait de la commémoration d’un devoir de mémoire pour des millions de victimes.

Quand on parle de laïcité sans savoir ce qu’on dit ou en le sachant trop bien, on fait croire que la séparation des églises et de l’état signifie séparation des églises et de la société. C’est, non seulement une absurdité mais c’est le contraire de l’esprit laïque qui protège l’un et les autres en créant les conditions pour que chaque citoyen de la république soit libre de choisir ou pas la religion qu’il garde dans le cadre privé.

On ose interpeler une ministre de la santé par les initiales de son patronyme (MST : acronyme fortement connoté) – je veux croire que ceux qui l’ont fait n’en ont pas mesuré le caractère odieux – ou jeter une banane à une ministre de la justice à cause de la couleur de sa peau, ce qui dénote, au-delà du comportement raciste ou misogyne, une absence totale de respect des valeurs. Il est vrai que l’on est tellement habitué, dans les réseaux sociaux les mal nommés, à voir insultés, calomniés des élus dans l’exercice de leur fonction que l’on oublie qu’ils sont des hommes et des femmes, des pères et des mères, des époux et épouses…

On légifère sur « la fessée » comme s’il s’agissait d’un sujet monolithique alors que cela recouvre une quantité importante de comportements qui vont de la simple tape sur les fesses jusqu’au supplice.

Le discernement est absent, pas l’emballement médiatique qui participe à parasiter ce que l’on pourrait considérer, si on avait le temps, comme un vrai sujet d’éducation.

Liste interrompue par le désir de ne pas mettre tout sur le même plan, et par delà l’envie de prouver quelque chose, d’en démonter le contraire. Mais je fais confiance à votre sagacité pour faire le tri entre l’important et le dérisoire… le sentencieux et le léger…le sage et le frivole…le dramatique et le badin…le sérieux et le désinvolte…le remarquable et le négligeable…le primordial et le secondaire…le vital et l’accessoire…le souverain et le superflu…l’adulte et le mineur…le vrai et la fiction…

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article