Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La République et les républicains

29 Mai 2015 , Rédigé par c laurans

Le nouveau nom d’un parti politique essayant, par tous les moyens, d’échapper aux lois de la République, l’UMP pour ne pas le nommer, fait l’actualité. Et tout le landerneau politique de s’égosiller : pour ou contre, bien ou mal…

Or, il ne faudrait pas se tromper de cible – d’adversaire diraient d’aucun dont je fais partie – car le problème n’est pas qu’un parti se réclame de la République, le drame est plutôt de se demander si on est encore, pour longtemps, en république !

Littré donnait comme définition du substantif féminin « chose publique, et, en général, toute espèce de gouvernement ». La Bruyère arguait que « lorsque, dans la république, le peuple en corps a la souveraine puissance, c’est une démocratie ; lorsque la souveraine puissance est entre les mains d’une partie du peuple, cela s’appelle une aristocratie ». Montesquieu avertissait que « La vertu dans la république est un principe de gouvernement ce qui ne signifie pas que dans une certaine république, on soit vertueux, mais qu’on devrait l’être ». Enfin, but not least, Régis Debray, à ne pas confondre avec les « autres » écrivait en 1995 « la République c’est un état de droit PLUS la justice qui ne reconnaît que des citoyens égaux en droit et en DEVOIR ».

Où en est-on en 2015 ? La législation au faciès, à la richesse personnelle qui englobe toutes sortes d’arrangements entre amis qui rapatrient leur fric dissimulé dans des paradis fiscaux ou qui bénéficient d’arbitrages privés, la peur instituée comme lien social qui utilise le bouc émissaire dans un monde manichéen où l’autre est la source de tous les ennuis, la dénonciation de quelques tricheurs érigée en généralité pour jeter l’opprobre sur toute une catégorie de Français à la recherche d’un emploi, les lois exceptionnelles qui, prises dans l’urgence, risquent de se retourner, un jour, comme le boomerang, la ghettoïsation de certains quartiers, l’abandon des espaces ruraux qui conduit à des situations ubuesques du citoyen regardant passer le TGV devant sa porte quand il lui faut prendre deux bus pour aller se faire soigner une dent, un le matin à 6h30 et un le soir à 19h ce qui lui laisse le temps d’aller à la médiathèque du chef-lieu puisqu’il n’y en a pas dans son village, les différences culturelles des villes et des champs, les zones de non droit, les iniquités fiscales qui s’ajoutent aux écarts scandaleux et extravagants des revenus et des ressources, les élus qui passent leur mandat à prépare leur élection suivante, le privé qui prend le pas sur le public sans avoir fait la preuve de sa plus grande efficacité, nos écoles désertées par les professeurs non remplacés, l’identité et le communautarisme qui exacerbent les particularismes, le jeunisme, l’inculture, la volonté manifeste de certains de traiter de laïcards ceux d’entre nous qui estiment et défendent l’idée que la laïcité est l’indiscutable façon de vivre en paix sans passer sous les fourches caudines des religions, se faire tuer pour un dessin … Est-ce que tout cela est RÉPUBLICAIN ???

Alors, je vais vous dire que l’ancien UMP s’appelle les Républicains ou les casseroles m’intéresse moins que l’affirmation de tous les citoyens que, pour eux, la République veut encore dire quelque chose.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article